Accueil DRESSAGE Première rencontre

Première rencontre

2
0
310

Je me suis inscrit sur SMBoy et le jour même je suis contacté par mon futur Maître. Selon son profil, Il cherche un slave pour du suivi,  je vois les photos de son profil et sa bite exposée, me fait de suite tilter, je réponds rapidement. L’échange est précis et de suite nous échangeons nos téléphones.   Je ne sais pas du tout ce que ça va donner, venant de m’inscrire, je suis surpris par la rapidité, mon profil était valide et en ligne depuis 5 minutes. En fait, je suis pas plus partant que ça, sachant que normalement, je recherche un costaud, poilu, genre bear mur. Lui est sans poils, de rapport taille poids normal aussi. Mais Sa recherche me parle.  Suivi, contrat, formatage et humiliations scato envisageables …. Je continue l’échange, et finalement, après autant d’échanges qui ne mènent nulle part depuis mes ré inscriptions sur les sites SM, je décide de continuer. De plus, les propos sont clairs, la recherche idem et les choses semblent sensées. Ça fait du bien.
Je précise mon envie de devenir une sous merde contrôlée, drivée, et la propriété d’un Master autoritaire. Il me précise que si je recherche de la discipline, il est ancien militaire et ça fait tilt dans ma tête d’inférieur. Toujours eu besoin d’un Supérieur qui me drive … ça a l’air de Lui parler.

Après beaucoup de demandes de précisions de Sa part, de détails sur moi et l’esclave que je suis ou ai été, mes envies et ma recherche, Il décide de me convoquer à bureau près de la gare, le samedi suivant à midi.  Questionnement … Vais-je y aller …. ? Du poids à perdre, un physique personnel qui ne me plaît pas, même si j’ai entamé un régime et du sport, l’inconnu alors que je n’ai pas baisé depuis plusieurs mois …. Vais-je assurer ? Ai-je vraiment envie … ?  Mais je veux vivre ce que je suis, et je me permettrai pas de ne pas donner suite, alors que l’échange a été honnête.

A midi, je suis comme ordonné, devant la porte d’entrée et j’attends. Je porte un slip blanc en coton, des baskets. Trouille et envie d’en savoir plus me poussent à rester. Attendre. Le tel sonne. Indications d’étage, je prends l’ascenseur et je monte. Comme ordonné, je rentre, dans des bureaux vides dans un couloir, je me mets en slip et en chaussettes, je mets mes vêtements dans un sac poubelle, me bande les yeux avec le bandeau qui était par terre près du sac poubelle, et j’attends. Je sens ma bite gonfler, je baisse la tête, et j’attends encore, me demandant bien ce qui allait m’arriver. Mais j’étais là, je me suis exécuté, pas de retors en arrière, je veux aussi prouver que ma recherche n’est pas une plaisanterie. Prouver que je suis bien l’esclave qu’Il cherche.
J’entends des pas …. L’excitation et la trouille montent un peu. Il arrive près de moi, me demande si je suis bien la merde que je prétends être en me palpant, ma sait par la nuque et m’emmène sans ménagements dans une autre pièce, petite. Je ne vois rien, mais je le sens. Il m’attache solidement les mains derrière le dos, et je me retrouve à genoux dans cette pièces en slip, attaché, en chaussettes seul, Il est reparti en fermant la porte à clé. Je reste là à attendre. Excité par l’inconnu, me demandant bien ce qui va m’arriver, mais ne pouvant plus m’échapper…A poil, à genoux dans un endroit que je connais pas, attaché, pas d’échappatoire, je l’ai voulu,  pas d’autre choix que d’assumer.  J’entends la porte s’ouvrir. D’un seul coup, je me retrouve avec sa bite collée contre mon nez, assez puante. Ordre de renifler, ça me dégoute un peu, mais je le fais, pas question de pas obéir, après tout ce que j’ai précisé dans nos échanges. Je renifle l’odeur du gros gland et tout à coup Il se c’est son cul que je me retrouve à sniffer. Ordre sec m’est donné de passer la langue. J’avais bien précisé que j’aimais servir de PQ, là aussi pas d’échappatoire, me voilà entrain de passer la langue sur Son cul qui avait chié il n’y a pas longtemps, et dont le nettoyage était succinct …. Me voilà à ma place: un nettoyeur de cul. La bite reviens dans ma gueule, elle est grosse.  Je pompe. Comme une salope en manque. Je m’entends traiter de tous les noms. Ça me motive à pomper, gober et lécher, je sais que je suis fait pour ça, j’aime la bite, alors je m’en occupe correctement. De toute façon, le ton est sec et je vais pas ne pas m’appliquer.

De nouveau Il repart, referme à clé, et je reste là, la bouche encore pleine des odeurs de sa queue, et de son cul. A ma place. J’attends.

Il revient et se refait pomper. Je me fais trainer hors de la pièce, et me retrouve dans une autre, contre un mur. Assis par terre mon slip a été baissé, il est sur mes chevilles, et j’ai l’air ridicule assis comme ça au sol, le slobard baissé, je trique et je mouille, j’attends de nouveau alors qu’Il est reparti me laissant là. Il revient pour me fouiller le fion. J’ai les mains contre le mur, et vérifie ma chatte…. Il a bien précisé qu’Il ne voulait pas d’une chatte fistée, et ça tombe bien, parce que c’est pas mon truc. Il cherche un trou qui Lui conviendra, et idem pour l’odeur de l’esclave qu’Il cherche, une odeur qui Lui conviendra. Je me laisse fouiller, je me sens du coup là aussi à ma place…..

Changement de pièce encore, plus de bandeau. A genoux face à sa Bite, Lui assis sur une chaise, je m’applique à pomper. Il commence à me travailler les tétons pendant que je bosse sur sa grosse queue, l’enfonce au fond de ma gorge, et mets à profit mes formatages précédents. j’ai appris à pomper avec mon ancien Maître qui en avait une énorme.  Comme je passais le plus clair de mes séances à le pomper en fond de gorge pendant qu’il matait la TV ou était sur son ordi ou même buvais un verre, j’avais de la pratique. Je me suis alors appliqué à satisfaire ce nouveau Maître potentiel, faire du mieux que je pouvais, pour prouver que je pouvais m’occuper d’une queue correctement.

Entre deux pompages, j’ai dû me doigter le trou, comme une chienne, et montrer comment je me branlais la chatte. Ça lui a plu… j’ai continué et commencé à couiner.

Pour finir cette première rencontre, j’ai reçu une bonne giclée en bouche, et il m’a viré aussi sec. je me suis rhabillé seul, plein de jus en gueule, la chatte chauffée par mes doigts, et pour le première fois, plein de Ses odeurs.

en me demandant bien ce que tout ça allait donner……

  • Saturday Holiday

    Je sais, ça n’a rien à voir avec la choucroute. M’en fous. Means something to …
  • VOLVER.

    La vie n’aime pas qu’on la regarde. Dans les yeux. …
  • La Bite de mon Maître. Toujours ….

        Un bail que je ne suis pas venu mettre de l’ordre dans mon blog . Abse…
Charger d'autres articles liés
  • Saturday Holiday

    Je sais, ça n’a rien à voir avec la choucroute. M’en fous. Means something to …
  • VOLVER.

    La vie n’aime pas qu’on la regarde. Dans les yeux. …
  • La Bite de mon Maître. Toujours ….

        Un bail que je ne suis pas venu mettre de l’ordre dans mon blog . Abse…
Charger d'autres écrits par crasus69
  • Interrogation ….

    Un paquet est arrivé, mon Maître en avait parlé depuis quelques semaines, mais il n’…
  • Le slip réglementaire

    A la demande de mon maître, je montre l’état du slip que mon Maître m’impose d…
  • Les règles de base

    Mon Maître me demande de détailler ici mes règles de vie. je cherchais de la discipline, j…
Charger d'autres écrits dans DRESSAGE

2 Commentaires

  1. petit21

    18 août 2018 à 17 h 24 min

    ben oui mec, une lope sa sert à rien d’autre que de sucer, boire, se faire branler et se faire enculer par tous les mecs en ruts sans prendre ton pied, tu sers de chatte !

    Répondre

    • crasus69

      20 mars 2019 à 5 h 46 min

      Et qui es tu donc …?

      Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Number three

« Et l’aventure ne fait que commencer  » …. ça reste gra…