Accueil Non classé Nouvelle bite, nouveaux slobs

Nouvelle bite, nouveaux slobs

0
0
132

[Sans titre]

 

mon Master est repassé une fois dans la semaine dernière me sauter et m’utiliser. j’attendais avec mon collier de bâtard, le cul en l’air comme une bonne chienne, j’avais la chatte bien chaude. Dommage, je n’aurai vu Sa bosse dans le pantalon de costard qu’à Son départ. Ordre de ne pas bouger. j’attends, la langue qui prend presque  bourrée de bave, parce que je sais que je vais prendre de la bite, partout. je l’entends qui se déshabille, le costard tombe, et direct Il vient planter Son paquet contre ma gueule. je reconnais l’odeur de mon Boss. je commence à bien sniffer le gros gland planté dans mes narines, plaqué sur ma gueule de fiotte.  Mais j’en peux plus, faut que je prenne dans ma gueule, et dès que le gland s’enfonce dans ma bouche, me voilà en train de têter comme une grosse pute, mais qui appartient à un mac. je reconnais la bite qui me fait vibrer, ma bouche et ma langue aussi, je biberonne sec, et mon Maître s’y trompe pas, je suis bien chaude. Il trique d’ailleurs comme jamais, je sens bien le bâton.

Il commence à me tripoter les fesses, celles qui Lui appartiennent, en les tapant bien. j’ai déjà la chatte qui serait presque humide. Direction le canapé, Il prend SA place, et je re bosse direct sur ma bite. j’en peux plus, je fais de gros bruits de chiennasse en bavant dessus, et la dirige vers le fond de ma gorge, bien loin, pour montrer à mon Boss comment j’aime Sa bite. En manque ….

Très très vite, je me retrouve enfourné, les fesses qui bougent déjà sur Sa trique. j’en peux plus de ce côté là non plus, en manque tout pareil. C’est rentré bien à sec, comme Il aime, et Il a commencé à me tirer dans les règles.  je me retourne, faut que je la bouffe encore, que je slurp dessus …

Après alternance pompage, enculage, direction la chambre: je sais que je vais me faire déboiter le fion. Et ça tarde pas, c’est tout juste si je la sens pas dans ma gorge tellement elle s’enfonce encore et encore, embroché je suis, et je sens les couilles qui tapent contre mes fesses, je suis secoué comme une sous merde.  j’avais , dans le salon, déjà chauffé Ses couilles, en les prenant dans ma bouche, je kiffe sentir les poils dessus, une fois dans ma gueule je passais la langue dessus, doucement, mon Master a super apprécié, d’autant plus que je voulais Lui prouver que j’étais capable de le surprendre en Lui donnant encore plus de plaisir.

Du coup, Ses couilles bien chauffées tapaient sec. a un moment j’ai cru que c’était pas possible, qu’elle allait me ressortir par la bouche… Il faisait chaud, la sueur montait. Re pilonné, j’ai fini par prendre ma giclée bien au fond; Quand mon Master se vide en moi, j’en jouis de la chatte; Littéralement. j’ai même pas besoin de queue pour jouir, ça, je connaissais pas.

 

Coup de chaud, direction le salon; je peux pas m’empêcher: pendant qu’Il bosse au tel, alors que je suis à genoux la tête baissée, je commence à tendre la main pour la tripoter. Ça m’excite tellement de savoir que j’ai la fente pleine de jus encore chaud, fécondé, en regardant Sa grosse queue, celle qui vient de me trouer le fion. je commence à branler, puis une fois son coup de tel terminé, je replonge ma bouche dessus. je tete le gland, je le refait bander. Et il ne jute pas, mais il approche la jouissance, plusieurs fois d’affilée.

C’est quand il se rhabille pour partir, que je trique de Le voir en costard, avec une superbe bosse dans l’entre deux jambes, et je peux pas m’empêcher là non plus de me jeter le nez dessus.

Il repart, moi à genoux comme toujours dans le couloir devant la porte, et je sens mon fion qui brûle encore, ma chatte spermée et mes tétons chauffés du travail de mon Boss. Le travail des tits, ça décuple mon côté salope, et avec ça je peux faire n’importe quoi. Dès qu’Il commence à les triturer, les peloter, c’est la femelle qui pointe, comme mes tétons.  je mate Ses doigts qui les malaxe,  l’excitation est au summum, une vraie putasse. Avec encore plus envie de bites.

Et une nouvelle bite est passée, avec l’accord de mon Master. Pas que j’étais partant…Trop jeune pour moi. 32 ans, alors que j’en ai 50. Plutôt l’habitude de mon âge ou plus âgés. Mais il a insisté, et après l’accord de mon Maître, RV chez moi, samedi midi.

Petite barbe, look mec, après un café, il a commencé à me saisir les tétons, ce qui évidemment ne me fait plus réfléchir, je me sens direct femelle qui va servir, et je couine sous les tiraillements qui sont pour le coup très énergiques. je me retrouve les tétons étirés un max, comme des mamelles de chaudasse. ma main se retrouve direct sur son paquet plus que conséquent. une chaudasse sait reconnaître de suite qui mène le jeu, après avoir branlé à travers le jeans, je me retrouve la tête penchée, la gueule sur son slip. Un énorme large morceau s’enfonce direct,  ça peut même pas aller au fond de ma gorge tellement elle est épaisse. je couine encore sous les coups de queue qui tente de s’enfoncer.

Direct rapidement à genoux lui debout, je pompe et pompe encore, il commence à me taper sur les fesses, m’écarter les deux joues pour enfoncer son doigt dans la fente, je le sens direct en train de me fouiller; Il passe derrière, et commence à me lécher le cul, je sais pas bien ce que je dois faire, parce que je ne sais pas si j’ai le droit… Mais j’ose même pas pas filer ma chatte, c’est un Mâle, je dois obéir, et faire honneur à mon Maître, Il m’a dit qu’il fallait que les serve comme si c’ était Lui.

Pas longtemps pour qu’il se retrouve derrière moi, en train de m’en claquer une ou deux pour des fesses bien rouges, et que je sente le gros gland taper contre mon trou. Capote, et gel en place, ça commence à s’enfoncer. Le morceau épais, je dois faire appel à tout ce que mon Maître m’apprend pour l’enfiler. Mais ça s’ouvre, et pas longtemps non plus pour que je sois là aussi ramoné dans les règles, secoué, fessé, tripoté des tétons, pendant qu’il pilonne dans tous les sens. Pareil, grosse jouissance et vidage, mais c’est mieux, dans la capote.  Après une bonne claque sur le cul, me disant que j’avais bien servi, il est parti, les couilles bien vidées.  j’espère que j’ai fait honneur à mon Maître, parce que je fais des trucs, même pas je les auraient imaginés y’a 1 an !

Du coup, l’am, je suis allé m’acheter un nouveau jockstrap, mon cul plaît toujours à mon Master, et c’est bien la seule chose qui compte pour moi.

 

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par crasus69
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Encore et encore ….

ça c’est mon phare     Retrouvailles bien chaudes avec mon Master à mon re…